Témoignage de Natascha, expatriée au Kenya après le Pérou et le Panama. Grâce au programme “Je trouve ma voie”, Natascha a trouvé son projet et défini le plan d’actions pour lancer son activité nomade.

“J’avais un peu de mal avec cette idée d’être la femme expatriée qui n’a pas de travail. 

J’ai réfléchi et là je me suis dit que si je ne voulais pas tomber en dépression 😉 ou en perte totale de moi-même il fallait que je reprenne les rênes en main.

J’avais besoin de me dire qu’il y avait quelqu’un derrière pour m’encourager, me remettre dans les rails et me rappeler que j’avais un projet, que j’avais une recherche de moi-même en cours et qu’il ne fallait pas la laisser tomber et lâcher. Avoir des objectifs et me sentir avancer dans les yeux de quelqu’un d’autre aussi et pas simplement dans les miens. 

J’avais vraiment envie d’arrêter de m’éparpiller et d’avoir quelqu’un qui m’aide à me dire avec toutes tes forces, il y a ce projet là qui peut peut-être être une option pour toi.

J’ai pris conscience que c’est possible de faire quelque chose que l’on aime vraiment et d’en vivre. Je n’y suis pas encore et j’y crois.

Une expatriation, c’est pas facile et être une femme expatriée qui a suivit son compagnon, c’est encore moins facile alors rencontrer une communauté qui l’a fait et avoir quelqu’un qui vous aide à en faire quelque chose de positif, c’est top, allez y !

Le coaching avec Anne m’a vraiment permis de croire en mon expatriation et de me sentir valorisée dans mon expatriation. C’était super important pour moi et je pense que c’est important pour beaucoup de femmes qui suivent. Je ne sais pas comment j’aurai géré ça seule.

Faites vous aider si vous êtes dans un tournant de votre vie. Pourquoi pas ? Il y a des gens qui ont des clés, Anne en a plein des clés et ses clés peuvent ouvrir plein de portes. Il ne faut pas avoir peur et surtout quand on est dans un tournant et qu’il y a deux situations comme ça et que l’on ne sait pas trop laquelle choisir.”

 

Natascha a suivi le programme d’accompagnement “Je trouve ma voie” pour trouver le projet qui lui ressemble et repartir avec le plan d’actions pour lancer son activité nomade. Elle nous partage son vécu, son expérience et ses conseils.

Merci Anne, merci énormément pour cet accompagnement. Je suis Natascha. J’habite entre le Kenya et la Belgique. Je suis partie en expatriation il y a à peu près 17 mois pour rejoindre mon compagnon. J’avais un peu de mal avec cette idée d’être la femme expatriée qui n’a pas de travail surtout que je suis encore très jeune, j’ai 28 ans donc c’était le début de ma carrière. Vu qu’il n’était pas possible de trouver un boulot, on a pris une décision : soit je rentrais en Belgique, soit je me faisais coacher pour trouver quelque chose moi-même et c’est comme ça que je suis tombé sur la route de Anne.

 J’ai travaillé au Pérou, avant au Panama donc j’ai déjà eu plusieurs expériences à l’étranger, pour moi. C’était la première fois que je faisais la démarche pour quelqu’un d’autre. Je travaillais dans la coopération au développement, je faisais de la gestion de projet pour la santé.

 Dans quelle situation tu te trouvais avant que l’on se rencontre ?

J’habitais au Kenya où j’étais prête à trouver un job. Mais je me suis retrouvée dans un endroit super reclus du Kenya donc pas possible de trouver un job ou alors le même que mon compagnon, et ça ce n’était pas top.

J’étais un peu perdue. “Il faut trouver un job mais alors il faut que j’aille très loin à Nairobi, à une heure d’avion”. J’étais entre deux.

Je ne savais plus très bien où aller. Je me rendais compte que vu que j’avais beaucoup de temps, je me reconnectais avec mes passions, mes hobbies comme le dessin, la photographie, l’écriture et qu’il y avait du potentiel là dedans.

J’ai réfléchi et là je me suis dit que si je ne voulais pas tomber en dépression 😉 ou en perte totale de moi-même il fallait que je reprenne les rênes en main.

Qu’étais-tu venu chercher à travers notre travail ensemble ? 

Je suis venue chercher du coaching. Vu que j’avais des journées à moi toute seule, j’avais peur d’être laissée à moi-même et de me laisser aller. J’avais besoin de me dire qu’il y avait quelqu’un derrière pour m’encourager, me remettre dans les rails et me rappeler que j’avais un projet, que j’avais une recherche de moi-même en cours et qu’il ne fallait pas la laisser tomber et lâcher. J’avais peur de lâcher en fait.

Avoir des objectifs et me sentir avancer dans les yeux de quelqu’un d’autre aussi et pas simplement dans les miens. Déjà passer des journées seule dans sa maison, ce n’est déjà pas facile. Il faut un autre moteur. Il faut une deuxième énergie.

Quelles étaient tes attentes ? Quels étaient tes objectifs ?

Je dessinais déjà beaucoup. J’avais déjà un petit projet de mon côté sur le dessin. J’ai choisi le programme « Trouver mon projet ». Mon objectif était de voir : est ce que je continu dans mes dessins, est ce qu’il y a un autre projet en moi, quelles sont mes forces, mes hobbies, mes passions, où est ce que je pouvais avancer, dans quelle direction je pouvais aller parce qu’il avait trop de champs des possibles.

J’avais vraiment envie d’arrêter de m’éparpiller et d’avoir quelqu’un qui m’aide à me dire avec toutes tes forces, il y a ce projet là qui peut peut-être être une option pour toi.

 Mon objectif principal derrière ça est une très grande envie d’être indépendante financièrement et d’être fière de ce que je fais.

Hormis le fait d’être occupée et de trouver un projet, j’avais vraiment comme premier but de répondre à la question : comment être indépendante financièrement est ce en trouvant un boulot ou est ce que je fais un projet moi-même. J’ai choisi le projet.

 Pourquoi as-tu décidé de travailler avec moi ?

Anne est très bien référencée sur les réseaux sociaux et du coup elle apparaissait dans la première. J’avais aussi une amie qui s’était fait coachée qui connaissait Anne, qui m’a dit vas-y fonce parce que j’étais dans la même situation et Anne est très chouette et en plus ça va t’aider de te faire coacher et donc n’hésite pas. Il ne fallait pas grand-chose pour me convaincre et Anne avait l’air gentille 🙂 J’ai fait la session gratuite et je me suis lancée. J’avais besoin d’action, j’avais besoin de prendre une décision.

Quels sont les résultats que tu as obtenus suite à notre travail ensemble ?

 C’est de plus en plus palpitant et de plus en plus excitant. On commence à se connaitre de plus en plus et à faire des liens super logiques de toutes nos étapes de vie. Je suis arrivée à une formulation de projet qui doit encore être affinée. J’ai une définition de mon projet qui allie mes passions, mes émotions, mes sensibilités et je n’ai plus qu’à le mettre en place.

Mon projet : je suis quelqu’un de très sensible et pleine d’émotions et qui aime beaucoup se connecter aux émotions des gens, à travers leurs expériences de vie.  Dans mon cas, ça m’a toujours beaucoup aidé d’écouter des histoires inspirantes autour de moi. J’ai envie de rencontrer des gens « normaux » mais qui ont des histoires de vie inspirantes dans leur « normalité » et de le partager. Le moyen de le partager n’est pas encore bien clair dans ma tête mais j’ai envie de lier la photographie et l’écriture qui sont mes deux grandes zones de brillance. J’ai envie de faire des reportages sur des gens normaux mais inspirants que je rencontre comme ça dans le monde, des personnes qui vivent dans des environnements très différents des nôtres mais pourtant nous ressemblent très fortement au Kenya, en Belgique.

En Belgique, il y a aussi des espaces de vie très différents à Bruxelles où l’on n’est pas spécialement très connecté. On croit que l’on est différent et finalement on passe par les mêmes doutes, angoisses. J’ai envie de créer une communauté de partage d’émotions et d’expérience de vie pour s’entraider les uns les autres. Il y a beaucoup de gens seuls dans leurs questionnements et il « suffirait » d’en discuter pour se rendre compte que ça n’est pas grave, ce questionnement est juste là normalement.

 Quel est ton plus grand changement / ta plus grande prise de conscience ?

Une prise de conscience à l’extérieur de moi : en fait il y en a plein qui y sont arrivés. Plus on avançait ensemble, plus je m’inspirais d’autres femmes, notamment de petits projets qui fonctionnent super bien. Je me suis dit que ça pouvait marcher. C’est hyper gai de trouver cette communauté d’entrepreneuses.

 A l’intérieur de moi, le plus grand changement, c’est un peu difficile à dire, parce que je suis passée par plein d’étapes différentes… Ça a bien remué. Je suis dans une étape où ça a remué beaucoup de choses. Çà m’a rappelé que j’avais d’autres choses à l’intérieur de moi en fait que je pouvais aussi utiliser et que trouver un boulot ou trouver une manière d’être financièrement indépendante, ce n’est pas spécialement des choses que l’on aime à moitié. Ça peut être vraiment quelque chose à l’intérieur de nous que l’on peut exploiter.

Le champ des possibles est grand. Il faut continuer à avancer et ne pas lâcher.

 C’est possible de faire quelque chose que l’on aime vraiment et d’en vivre. Je n’y suis pas encore mais j’y crois.

 Qu’est ce que tu dirais à celles qui hésite pour travailler avec moi, à sauter le pas ?

N’hésitez pas à contacter Anne car le premier rendez-vous est complètement gratuit et complètement reboostant. Ce rendez-vous apporte de la sérénité. C’est une chouette discussion. Le premier rendez-vous, n’hésitez même pas une seconde. Ca n’engage en rien du tout.

Faites vous aider si vous êtes dans un tournant de votre vie. Pourquoi pas ? Il y a des gens qui ont des clés, Anne en a plein des clés et ses clés peuvent ouvrir plein de portes. Il ne faut pas avoir peur et surtout quand on est dans un tournant et qu’il y a deux situations comme ça et que l’on ne sait pas trop laquelle choisir.

 Une expatriation, ce n’est pas facile et être une femme expatriée qui a suivit son compagnon, c’est encore moins facile et rencontrer une communauté qui l’a fait et avoir quelqu’un qui vous aide à en faire quelque chose de positif, allez y !

Autre chose à partager ?

Le coaching avec Anne m’a vraiment permis de croire en mon expatriation et de me sentir valorisée dans mon expatriation. C’était super important pour moi et je pense que c’est important pour beaucoup de femmes qui suivent. Je ne sais pas comment j’aurai géré ça seule. Je suis contente d’avoir eu quelqu’un avec moi pendant 4 / 5 mois. Merci Anne 🙂

 Mon challenge est maintenant de mettre en place mon projet. C’est là que Anne intervient aussi. J’ai vraiment vu que celles qui ont pris l’accompagnement Envol ont vraiment pu mettre en place leur projet. Je n’en suis pas encore là mais ce n’est pas pour cela que je ne pourrais pas le reprendre plus tard pour être de nouveau guidée. Pour la seconde étape, je me rends bien compte que j’aurai encore besoin d’aide.

N’hésite pas à partagez avec moi tes impressions, tes questionnements par mail à anne@femmesdeprojets.com, c’est avec plaisir que j’aimerai te lire.

Et si on se rencontrait ?

Séance découverte
(valeur 127€)

5 places par mois

Un rdv booster pour échanger ensemble sur tes objectifs, tes difficultés et voir comment je peux t’aider.

Pars à la découverte de la vie qui te ressemble.

Formation gratuite:

RÉUSSIR SON EXPATRIATION ET S’EPANOUIR

Femmes expatriées, mamans expatriées

5 jours pour trouver votre voie et créer l’activité qui vous ressemble