Témoignage de Myriam, expatriée à Singapour après la Suisse et Hong Kong. Grâce au programme “Envol”, Myriam a trouvé sa voie, lancé son activité et obtenu ses premiers clients.

 

“J’étais un peu dans le flou, un peu perdu. J’avais travaillé presque un an sur un projet et malheureusement ça n’a pas abouti.

J’ai eu besoin d’un soutien, d’un éclairage, d’une idée nouvelle ou un regard extérieur pour essayer de me cadrer, de pouvoir échanger sur ce que j’avais dans la tête.

J’ai eu très vite des résultats.  Tout d’abord, sur un point de vue psychologique où j’ai retrouvé une bonne énergie et une motivation qui était perdue.  J’ai aussi développé une certaine confiance en moi et une confiance en mon projet. Maintenant, je suis certaine de ce que je veux faire, les conditions de travail auxquels je veux arriver. J’ai aussi beaucoup appris concernant les offres, les créations de package. Je pense que le projet est devenu le mien.

La prise de conscience importante c’est que je suis capable. J’en avais très envie mais maintenant je sais aussi que j’en suis capable : d’être maman et entrepreneuse.

Tu es disponible, souriante et tu transmets pas mal d’énergie et de motivation donc je pense que si on a envie d’avancer, en tout cas si on se sent perdue et qu’on a envie d’avancer même si on ne connait pas forcément la direction, tu es la bonne personne :)”

 

Myriam a suivi le programme d’accompagnement “Envol” pour trouver sa voie et lancer son activité nomade. Elle nous partage son vécu, son expérience et ses conseils.

 

Pour suivre Myriam et son projet, rendez-vous sur sa page facebook : https://www.facebook.com/pausemaman/

Je m’appelle Myriam, j’ai 38 ans. Je vis à Singapour depuis maintenant plus de 5 ans. Je suis expatriée depuis 15 ans, avec des allers retours en Suisse deux fois, à Hong-Kong, et à Singapour deux fois également. Entre temps, j’ai aussi eu le temps de faire 3 enfants, un dans chaque pays.

 Dans quelle situation tu te trouvais avant que l’on se rencontre ?

J’étais un peu dans le flou, un peu perdu. J’avais travaillé presque un an sur un projet professionnel dans un profil aussi indépendant et malheureusement ça n’a pas abouti. Je n’ai pas réussi à mettre le point final, ce qui m’a beaucoup découragé. Pendant plusieurs mois, je me suis remise en question à savoir si c’était moi, si c’était le projet, qu’est ce qui n’allait pas. Je n’ai pas vraiment trouvé la réponse mais entre temps j’ai eu la possibilité de te rencontrer à Singapour autour d’un café de nana que tu avais organisé et qui était très sympathique. C’était notre première rencontre. Je crois que ça a duré ensuite plusieurs mois avant que l’on se recontacte ce qui m’a permis de faire un petit travail sur moi et de me tourner vers l’avenir plutôt que de chercher toutes les réponses à mon échec. Même s’il n’y a pas trop d’échec dans le sens où on apprend toujours donc c’est toujours intéressant mais on va dire, la déception qui était là.

J’ai gardé le projet en tête mais j’avais envie de le modifier, de le faire évoluer, mais toute seule j’ai eu du mal.

Qu’étais-tu venu chercher à travers notre travail ensemble ? Quelles étaient tes attentes ? Quels étaient tes objectifs ?

Je pense que c’est aussi ton retour parce que tu as du m’écrire pour me demander comment ça allait. Le moral était là mais le projet n’y était plus. Ca m’a remotivé et je me suis dis que toute seule ça allait être difficile parce que déjà les mois passaient et ça n’évoluait pas.

 J’ai eu besoin d’un soutien, d’un éclairage, d’une idée nouvelle un petit peu ou un regard extérieur pour essayer de me cadrer, de pouvoir échanger sur ce que j’avais dans la tête.

 C’est assez difficile d’en parler finalement à des proches, entre les copines et le conjoint, c’est pas forcément facile d’exprimer tout ce que l’on a envie de faire ou tout ce que l’on n’a pas envie de faire.

 C’est surtout pour avoir un vrai soutien dans mon nouveau départ de projet professionnel et de cadrer un peu les différentes idées que j’avais avant et les nouvelles. Arriver à mettre en avant vraiment ce qui me faisait plaisir, ce qui n’était plus forcément d’actualité et d’autres qui y étaient encore donc arriver à recréer un nouveau projet qui me ressemble d’avantage.

 Pour que ça marche, il faut que ça nous corresponde le plus possible. J’en suis venue à la conclusion que le premier n’était pas forcément celui qui me correspondait le mieux. Un nouveau projet était nécessaire pour avancer.

 Pourquoi as-tu décidé de travailler avec moi ?

J’ai décidé d’aller dans le sens d’un accompagnement pour les raisons que l’on a cité avant.

Après pourquoi avec toi, c’est notamment grâce au suivi que tu faisais avec moi sans savoir forcément que j’allais signé un accompagnement donc je trouvais ça déjà très sympa de garder le contact. Ca montrait une certaine motivation de ta part.

L’enthousiasme que j’ai observé pendant le café et après on a eu deux échanges skype qui m’ont motivé par les explications du travail à faire, les rencontres entre nous et la possibilité d’avoir des contacts avec d’autres femmes dans les mêmes situations, avec des problématiques un peu identiques. Ca aussi, c’est très enrichissant de pouvoir écouter ce qu’elles ont à dire, de proposer ce que nous on a à dire et d’avoir un retour un peu différent c’est aussi très enrichissant. Donc tout ça m’a bien motivé à aller vers toi.

Quels sont les résultats que tu as obtenus suite à notre travail ensemble ?

J’ai eu très vite des résultats.  Tout d’abord, sur un point de vue psychologique où j’ai retrouvé une bonne énergie et une motivation qui était perdue, qui n’était plus trop là.

 Pour monter un projet, il faut être super motivée sinon ça a du mal à sortir et j’ai aussi développé une certaine confiance en moi et une confiance en mon projet. Avoir un retour entre toi et les rencontres skype avec les filles du groupe, entendre des points positifs et l’émulation à plusieurs fait qu’on se motive pour pouvoir raconter ce que l’on a fait la fois suivante. Ca c’est très intéressant.

 Au niveau de mon projet, ce n’est pas complètement abouti parce que pour l’instant je ne pas trop développer mon projet pour des questions administratives mais il avance très bien. Maintenant, je suis certaine de ce que je veux faire, les conditions de travail auxquels je veux arriver. J’ai aussi beaucoup appris concernant les offres, les créations de package. Je pense que le projet est devenu le mien.

 J’ai réussi à arriver à accorder du temps à ce projet parce que quand on est maman à 100%, il faut réussir à grappiller du temps, du temps, du temps, pour son projet et faire comprendre à la famille que ça va changer, les choses vont changer parce que le projet ne doit pas être la 5ème roue du carrosse. Il faut donc que le projet prenne sa place dans notre tête et dans la tête de la famille donc du conjoint et des enfants. En termes de résultat, je n’y suis pas arrivée encore complètement mais en tout cas ça commence à mûrir et ça progresse tout doucement. C’est un travail long et un petit peu difficile mais avec de la motivation on y arrive.

 Aussi, en terme de résultats, ce qui est intéressant, c’est le fait de voir que avec l’implication que l’on met dans le projet, eh bien on change nous même en fait dans sa façon de voir les choses et ça c’est aussi des choses positives.

 Quel est ton plus grand changement / ta plus grande prise de conscience ?

Ca a amené de gros changement en termes de confiance en moi-même même si je continue à travailler dessus. Je partais de loin donc forcément le chemin est long mais voilà, ça avance, c’est positif, je crois vraiment en mon projet donc c’est aussi une bonne motivation.

 Y croire, ça permet aussi d’en parler parce que moi c’est ce que j’avais eu beaucoup de mal dans mon premier projet. J’avais quasiment fini et en gros personne ne savait que j’étais en train de faire ça. C’est aussi quelque chose de négatif puisque pour créer un projet il faut arriver à en parler, le maitriser, essayer de convaincre surtout quand on veut avoir des clients. C’est la principale donnée. En même temps, il faut en parler et faire rêver les gens pour qu’ils viennent à nous. C’est aussi un travail assez long et difficile.

 La prise de conscience importante c’est que je suis capable. J’en avais très envie mais maintenant je sais aussi que j’en suis capable : d’être maman et entrepreneuse. Ce n’est pas encore bien mis en place mais en tout cas dans ma tête ça l’est. C’est déjà pour moi une bonne évolution et un bon changement.

 Arriver à faire comprendre aux gens, aux autres que l’on a envie de travailler même si concrètement on n’a pas forcément besoin en terme matériel, mais ça ne tourne pas que autour de ça. L’épanouissement et l’envie de réaliser des choses personnelles et de proposer un nouveau regard sur soi-même, c’est intéressant.

 Qu’est ce que tu dirais à celles qui hésite pour travailler avec moi, à sauter le pas ?

Je dirai que créer son projet, celui qui nous ressemble le plus possible, c’est un chemin difficile, complexe, semé d’embûches je pense mais c’est faisable, c’est possible mais souvent le principal obstacle c’est aussi la solitude.

 En expatriation, on est souvent un peu seul, loin de sa famille, des amis d’origine et je pense qu’avoir quelqu’un à qui on peut partager son projet, avoir des retours, je dirais pas forcément positif parce que tout ce qu’on propose n’est pas positif mais en tout cas un retour avec des choses précises, ça nous permet d’avancer, de ne pas se sentir seule parce que je pense que c’est la principale difficulté quand on veut monter un projet surtout si on se tourne du côté des femmes expatriées puisque souvent c’est soi une reconversion soit on a parfois pas travailler depuis longtemps donc il y a aussi ce phénomène de reprendre sa place en tant que travailleuse et ça c’est aussi difficile donc quand on a un soutien, ce qui a été le cas pour moi, ça rend les choses beaucoup plus simple.

 Et puis tu es disponible, souriante et tu transmets pas mal d’énergie et de motivation donc je pense que si on a envie d’avancer, en tout cas si on se sent perdue et qu’on a envie d’avancer même si on ne connait pas forcément la direction, tu es la bonne personne 🙂

Autre chose à partager ?

C’est mon souhait de pouvoir mettre mon projet plus en lumière. Je pense en tout cas continuer à garder contact et je pense que j’aurai besoin de nouveau d’un petit soutien d’ici quelques mois.

N’hésite pas à partagez avec moi tes impressions, tes questionnements par mail à anne@femmesdeprojets.com, c’est avec plaisir que j’aimerai te lire.

Et si on se rencontrait ?

Séance découverte
(valeur 127€)

5 places par mois

Un rdv booster pour échanger ensemble sur tes objectifs, tes difficultés et voir comment je peux t’aider.

Pars à la découverte de la vie qui te ressemble.

Formation gratuite:

RÉUSSIR SON EXPATRIATION ET S’EPANOUIR

Femmes expatriées, mamans expatriées

5 jours pour trouver votre voie et créer l’activité qui vous ressemble