Son expatriation en Ecosse à Aberdeen a été une belle opportunité pour Elsa pour réaliser son projet de cœur. Elle nous partage ici son témoignage suite au programme “Mamans Expat” de chez Femmes de Projets qu’elle a suivi.

Bonjour Elsa.

Bonjour.

Je suis ravie de faire cette interview, ce témoignage avec toi. Je voulais déjà te remercier d’avoir accepté de témoigner. Nous avons travaillé ensemble à travers l’aventure “Mamans Expat”. Je ne vais pas en dire plus et te laisser te présenter.

Merci de me laisser cet espace. Je suis très contente de pouvoir faire ce témoignage aujourd’hui. C’était vraiment une très belle aventure.

Je me présente, je suis Elsa. J’ai 33 ans et nous nous sommes rencontrées l’année dernière. Je venais juste d’arriver à Aberdeen, un mois avant. J’étais en période d’interrogations sur ma vie dans cette nouvelle expatriation. Je suis psychomotricienne et sophrologue de formation. Lorsque je suis arrivée à Aberdeen, je souhaitais faire mon métier comme je l’ai fait dans les autres expatriations sauf qu’en fait, j’ai un peu déchanté au moment où j’ai appris que la crèche était très chère. Maman d’un petit qui avait alors un peu moins d’un an, je ne savais pas comment gérer le fait d’être maman et de travailler en même temps. Et là, Anne est arrivée. J’ai cherché sur Internet et cela m’a proposé son programme de coaching sur un an. Je n’avais jamais fait de coaching en plus, et me suis dit que cela allait me permettre de faire mon métier en ligne, que je pourrai mettre un peu Lugan à la crèche et, après, travailler. Et puis, surtout, à chaque expatriation, je n’aurai pas besoin de changer. Je pourrai créer quelque chose de nomade. Voilà comment nous nous sommes rencontrées.

Justement, qu’étais-tu venue chercher, précisément ? Qu’avais-tu en tête quand nous avons commencé à travailler ensemble ?

Je cherchais des outils concrets pour pouvoir exercer en ligne, avoir de l’aide pour créer mon site Internet, communiquer en ligne, créer ma communauté et cibler mon projet. Je ne savais pas trop comment faire. Je souhaitais créer mon projet en ligne pour pouvoir facilement, tous les 3 ans, bouger et que ma patientèle/clientèle ne change pas.

D’accord. Et pourquoi as-tu décidé de travailler avec moi ?

J’ai d’abord apprécié qu’il y ait quelque chose de gratuit, de pouvoir te rencontrer comme ça et avoir quelques idées. 

Le webinaire ?

Oui. J’avais ainsi déjà des petites réponses. Après, tu m’avais proposé de faire un entretien. Lors de cet entretien, je me suis sentie très à l’aise. J’ai un peu réfléchi quand même puis me suis lancée.

C’était un pas à faire.

Oui, c’était un pas à faire. Mais, finalement, la réflexion était de l’ordre d’une semaine.

Quels résultats as-tu obtenus à la fin de cet accompagnement ?

Cet accompagnement a été vraiment surprenant. Je suis partie avec un projet préfabriqué dans ma tête, très concret finalement, où j’avais besoin d’outils concrets, chose que tu m’as apportée. Toute la première partie est très introspective. Il y avait des choses que j’avais envie et besoin de mettre en place très concrètement, et j’avais tout le temps des réponses. Cela m’a permis d’être rassurée matériellement et en termes d’outils. Et puis, au fur et à mesure, cela m’a ouverte sur plusieurs choses. Le programme comporte une partie introspective où j’ai vraiment joué le jeu. Cela m’a fait lâcher beaucoup de choses. Longtemps, je me suis posée comme « Je suis psychomotricienne, je suis sophrologue et j’ai été formée de telle et telle manière ». Là, cela venait tellement chercher un projet de cœur, qui me ressemble, qui fait vibrer notre âme qu’au bout d’un moment, il a fallu lâcher un peu tout ça. L’accompagnement m’a permis, petit à petit, de lâcher prise. Quelque part, mon projet d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui de l’année dernière.

Il y a également le groupe. Le groupe compte des personnalités très différentes et, dans nos différences, nous avons développé quelque chose de très humain et de bienveillant, ce qui a vraiment transcendé et sécurisé tout ce qui pouvait se jouer pour chacune, notamment pour moi. J’en profite d’ailleurs pour remercier le groupe parce que, ce que je suis aujourd’hui, c’est aussi grâce au groupe, et grâce à Anne.

Quelle était, pour toi, la plus grande prise de conscience ?

La plus grande prise de conscience, cela a été de me cacher derrière des formations. Il a fallu aller chercher un peu plus ce que je voulais vraiment, qui je suis et qu’est-ce que j’ai envie d’apporter au monde. Et puis, la plus grande prise de conscience, et la plus belle, c’est qu’il y a un an, tu m’aurais dit que je serai épanouie en cherchant à avoir du temps à la maison, en étant pleinement présente à la maison et que cela ferait partie de mon projet au-delà de professionnel, de mon projet de vie et de ma mission de vie, je n’y aurai pas cru. Ma cliente de base était une femme active, etc. Aujourd’hui, je me sens toujours aussi active. Je me sens toujours autant proche d’une progression, d’avoir quelque chose à faire sur cette terre mais c’est comme si je pouvais être confiante et sereine dans ce que je vis aujourd’hui. Je me sens tellement présente dans mon projet que je ne peux même plus l’appeler projet professionnel puisqu’il se marie entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle. Quelque part, c’est être de plus en plus en vibration avec ma mission de vie. Cette année m’a permis cela. Elle m’a permis de lâcher des choses pour être plus ouverte aussi, me laisser aller un peu plus.

C’est un peu comme si tu avais accepté petit à petit de lâcher le cadre pour, finalement, être vraiment toi dans ton projet, dans toute ton unicité, dans une notion de projet de vie. Quand nous sommes dans ce projet de cœur, qui nous fait vibrer, il rayonne sur tous les plans de notre vie. L’adaptation se fait aussi sur tous les plans pour se nourrir dans la globalité.

Moi, j’ai vécu une belle aventure avec toi aussi, de te voir t’ouvrir au fur et à mesure, sortir du cadre, accepter de laisser ce cadre de côté et de faire ce projet qui pouvait avoir été très déterminé en amont avec la psychomotricité et la sophrologie et, aujourd’hui, être vraiment le tien, celui de ton cœur, de tes tripes, et dans lequel tu vas vraiment mettre tout ce que tu es, pas uniquement les 2 formations, même si elles sont importantes, qui étaient présentes au début.

Oui, c’est exactement ça.

Que dirais-tu à celles qui hésitent encore à travailler avec moi, qui sont peut-être dans cette semaine de réflexion, qui me connaissent depuis un moment et qui se posent des questions ?

Cela fait plusieurs fois que je pratique cette méthode. Quand on se pose un peu trop de questions, il faut lâcher le cerveau et juste écouter son cœur. Quand je m’imagine un truc, je me demande ce qui me fait vraiment vibrer, vers quoi j’ai envie d’aller. Il ne faut pas trop réfléchir aux sous, au temps, à ce qu’il faudrait faire, à ce que l’on attend de moi, à ce qu’il faudrait faire pour la famille. Il faut juste lâcher toutes ces choses plutôt rationnelles, écouter son cœur et, si vous sentez qu’il y a le feeling, si vous sentez que c’est là que vous devez être, foncez et les choses vont se faire.

Cela résume bien l’année que l’on a vécue ensemble, effectivement.

Exactement. Après, je l’ai pratiqué plusieurs fois : il y a un an et je le repratique souvent. Ca marche !

C’est vrai. Je crois qu’effectivement, comme tu le dis, la notion de feeling est importante pour être partenaire, parce que c’est ce que l’on a été pendant un an. Il faut qu’il y ait un feeling, une connexion, je te rejoins là-dessus.

Merci Elsa pour ce témoignage et ce partage. Belle continuation à toi, belle aventure qui continue parce que, maman expat’, c’est le début. Ensuite, cela se poursuit, avec le groupe aussi d’ailleurs. De toute façon, nous restons en contact. Je te souhaite une belle aventure. A bientôt.

Merci beaucoup, à bientôt.

Et si on se rencontrait ?

Séance découverte
(valeur 127€)

5 places par mois

Un rdv booster pour échanger ensemble sur tes objectifs, tes difficultés et voir comment je peux t’aider.

Pars à la découverte de la vie qui te ressemble.

Conférence en ligne :

CREE L'ACTIVITE NOMADE QUI TE RESSEMBLE

Femme expatriée, maman expatriée

5 étapes clés pour réussir l'ativité nomade qui te ressemble

(tout en respectant ton équilibre)

Marketing par

You have Successfully Subscribed!