Témoignage de Céline, expatriée à San Francisco en Californie. Grâce au programme “Mamans Expat”, Céline a trouvé sa voie et obtenu ses premiers clients.

“J’étais en pleine réflexion. J’avais envie de refaire quelque chose parce que j’avais toujours travaillé, j’avais besoin de me sentir utile, sortir un peu de chez moi et faire autre chose. Mais je ne parvenais pas à savoir quoi, ce qui me conviendrait le mieux.

J’aimais beaucoup cette notion de groupe de mamans expatriées, exactement dans la même situation, toutes à un coin différent du monde, c’est extraordinaire : le Japon, l’Afrique du Sud, et puis l’Ecosse, l’Angleterre… Je trouvais ça super aussi. En plus de ça, le groupe, ça a tout de suite matché, des chouettes échanges et une belle énergie, de belles amitiés qui se sont créés. 

Ca a été un grand changement que d’apprendre à mieux me connaitre, cibler mes priorités, savoir comment je fonctionne au niveau du travail, de l’organisation, je sais maintenant ce que je dois mettre en place pour que ça fonctionne bien.

 Je dois continuer, j’ai encore plein de choses à faire mais en tout cas ça me plait énormément et je me sens bien par rapport à ce projet, c’est aligné avec ce que je souhaite et je vois plein de perspectives pour la suite. Je suis vraiment super contente. Tout ce travail m’a aidé.

 Je leur dirais de foncer !

Je recommande évidement à toutes les autres mamans dans le même cas de sauter, de franchir le pas car moi, ça m’a apporté énormément et je suis ravie. Si c’était à refaire, je signerais tout de suite parce que franchement, quand je vois après une année ce que ça m’a apporté tant au niveau personnel que professionnel, je suis ravie de l’expérience.”

 

Céline a suivi le programme d’accompagnement “Mamans Expat” pour trouver le projet qui lui ressemble, le lancer et obtenir ses premiers clients. Elle nous partage son vécu, son expérience et ses conseils.

Avec plaisir ! C’est chouette de pouvoir faire comme ça, le bilan et de transmettre tout ce que ça m’a apporté donc je suis très contente de le faire.

Moi c’est Céline, j’habite en Californie depuis 5 ans maintenant. Je suis maman de 3 enfants de 15 ans, 10 ans et 4 ans. La plus petite est née ici. On est belge et j’ai 41 ans. Je suis logopède de formation en Belgique ou orthophoniste pour la version française. J’ai toujours travaillé en tant qu’orthophoniste jusque là, jusqu’au déménagement, en fait. Quand je suis arrivée, j’étais enceinte de la troisième et on a fait le choix de mettre nos deux aînés dans une école américaine, ils ne connaissaient pas un mot d’anglais donc de toute façon au départ, je ne comptais pas travailler. Ce n’était pas du tout dans les projets. Les deux, trois premières années, c’était « m’occuper de mes enfants », que tout le monde se pose ici, le nouveau départ et c’est seulement après qu’est venu l’envie de reprendre une activité. Nous sommes à ¾ d’heure de San Francisco en plein Silicon Valley. On est venu ici pour le boulot de mon mari.

 Dans quelle situation tu te trouvais avant que l’on se rencontre ?

En plein questionnement. Avant que l’on se rencontre, j’avais quand même essayé deux petits trucs. Je suis orthophoniste de formation mais j’ai beaucoup de « passion », notamment la cuisine et la couture. Tout ce qui est manuel, j’aime beaucoup.

J’avais essayé un premier projet avec une amie en couture mais finalement ça n’a pas abouti. On avait créé une LLC et c’était beaucoup d’investissement, financier aussi. On s’est rendu compte, que face à la tâche qu’on avait devant nous, ça ne nous convenait pas donc a laissé tomber.

Puis, j’ai eu une petite expérience en pâtisserie que j’ai beaucoup aimé mais où je me suis rendu compte que les heures travail, c’était vraiment compliqué quand on a une vie de famille, se lever très tôt, travailler tous les week-end. J’avais le lundi de congé et ça n’était vraiment pas faisable à long terme mais bon ça m’a apporté beaucoup également.

Et donc, avant que l’on se rencontre, j’étais en pleine réflexion. J’avais envie de refaire quelque chose parce que j’avais toujours travaillé, j’avais besoin de me sentir utile, sortir un peu de chez moi et faire autre chose. Mais je ne parvenais pas à savoir quoi, ce qui me conviendrait le mieux.

 J’avais besoin de me sentir utile à d’autres personnes qu’à ma famille, socialement voir d’autres gens, sortir de chez moi, faire autre chose et en même temps je voulais aussi être là pour mes enfants, pouvoir être disponible pour eux, les devoirs, les conduire aux activités, ne pas être dépendante d’une nanny.  Ça avait quand même vachement chamboulé les enfants mon expérience pâtisserie. C’était dur, ils ne me voyaient pas beaucoup, je voulais être là un minimum pour eux et ne pas non plus déléguer totalement ce rôle de maman que j’ai à côté.

Qu’étais-tu venu chercher à travers notre travail ensemble ? Quelles étaient tes attentes ? Quels étaient tes objectifs ?

C’était le pur hazard. Je n’avais pas entendu parlé de toi et puis un jour, début décembre, je suis tombée sur un questionnaire et tu proposais une petite séance gratuite et ça ciblait vraiment les mamans expatriées qui ont envie de retrouver leur projet, un projet qui leur convienne. Et « Pouf », ça m’a vraiment parlé ! C’est pour moi ! J’ai donc répondu au questionnaire et très vite pris la décision après notre premier entretien de me lancer dans le coaching et la formation.

Mes attentes, c’était vraiment me trouver, savoir ce qui me conviendrait le mieux. J’avais toujours ces petites voix ! Orthophoniste, c’est quelque chose qui me tient beaucoup à cœur, c’est ma formation, j’aime beaucoup ça mais ici c’était plus compliqué forcément. Il y a toute une communauté française mais les horaires, et avec les enfants à l’école, travailler après 4 heures, ce n’était pas forcément ce que je voulais maintenant.

Et puis j’avais un tiraillement entre la couture, la cuisine, ou quoi d’autres ?!

J’avais envie de pouvoir réfléchir pour mieux me connaitre, me poser par rapport à tout ça et c’est pour ça que j’ai entamé le suivi avec toi.

 Pourquoi as-tu décidé de travailler avec moi ?

Tu es tombé pile au bon moment et ce que tu offrais, la formation, c’était tout à fait ça. C’est plusieurs modules : apprendre à se connaitre, des tests psychologique pour apprendre à se connaitre, et voilà c’est hyper intéressant d’apprendre comme ça à se connaitre et mettre des petites choses en place dans son quotidien, apprendre à se dépasser un peu. Je pense au Miracle Morning, des choses comme ça, je me disais « mais non, je serais incapable de le faire » et puis finalement de voir que voilà on est capable.

J’ai besoin de voir du monde, d’être entourée et je suis beaucoup plus efficace quand je ne suis pas seule dans mon coin où j’ai tendance à remettre au lendemain. Et donc j’aimais beaucoup cette notion de groupe de mamans expatriées, exactement dans la même situation, toutes à un coin différent du monde, c’est extraordinaire : le Japon, l’Afrique du Sud et puis Ecosse, Angleterre… Je trouvais ça super aussi. En plus de ça, le groupe, ça a tout de suite matché, des chouettes échanges et une belle énergie, de belles amitiés qui se sont créés. C’est vraiment super sympa et je trouve ça super l’effet de groupe, ce que ça apporté aussi. Parfois, on culpabilise un peu, on a des modules, il faut qu’on avance puis les choses de la vie font que… Il se passe telle chose à l’école, on a des visites, et on n’arrive pas toujours à avancer au rythme auquel on voudrait et on se rend compte que c’est pour tout le monde pareil. Une fois c’est une qui avance beaucoup plus vite, et puis après c’est une autre, on a toutes des hauts, des bas et ça je trouve ça extraordinaire, déculpabilisant aussi. Il n’y a pas de pression, c’est vraiment chacune à son rythme et c’est ce que j’ai adoré dans le programme. On avait les séances une semaine sur deux toutes ensemble plus les coachings individuels mais sans jamais nous mettre de pression pour qu’on arrive à tel point et finalement avec l’effet groupe et bien on continue notre bout de chemin.

 On a toutes des choses totalement différentes et finalement ça se complète très très bien.

Quels sont les résultats que tu as obtenus suite à notre travail ensemble ?

J’ai vraiment trouvé ce qui me convenait le mieux. Je l’ai pas dit au début mais j’étais aussi beaucoup sensible à tout ce qui est zéro déchet. Ça me parle beaucoup. C’est vrai qu’ici à San Francisco, ça bouge pas mal à ce niveau là. Depuis un an, un an et demi à la maison, on a mis des choses en place pour essayer d’évoluer dans ce sens là donc ça me parlait aussi beaucoup. Et puis j’ai eu ce déclic, et je me suis dit pourquoi pas me lancer là-dedans.

Mon projet, c’est vraiment de, plus la couture du coup, produire des tas de choses : des sacs pour peser les fruits, les légumes, les cotons démaquillants, des tabliers, des serviettes de tables… mais à partir de tissus que je réutilise. Ça existe déjà beaucoup mais je trouve ça dommage de devoir racheter des tissus neufs, c’est de la production encore alors que l’on a des tas de tissus que ce soit dans des magasins de seconde main ou bien les gens qui les ont au fond de leurs armoires et qui n’en font rien et j’avais vraiment envie de réutiliser tout cela et d’apporter ma petite touche. Ça me convient très très bien parce que je peux faire ça à mon rythme, à la maison.

J’avais démarré avec un petit marché de noel en décembre, c’était super chouette. J’en suis maintenant à la création de ma petite boutique en ligne, page facebook…

Je dois continuer, j’ai encore plein de choses à faire mais en tout cas ça me plait énormément et je me sens bien par rapport à ce projet, c’est aligné avec ce que je souhaite et je vois plein de perspectives pour la suite. Je suis vraiment super contente. Tout ce travail m’a aidé.

J’ai eu une phase, il y a quelques mois, c’était plutôt cuisine, mais c’est vrai que les horaires, la problématique des normes d’hygiène, je ne peux pas cuisiner de chez moi, pareil, toute seule, aller louer une cuisine… c’était plus contraignant, je me mettais plus de barrières, plus de freins à la base, et là vraiment, en ayant trouvé ce projet là, je me sens vraiment bien par rapport à tout ça.

Tu l’avais relevé lors de notre dernière session, mais c’est vrai, je ne m’en rendais pas compte au début mais dans mon agenda c’était ou là là où je vais mettre deux heures pour travailler sur mes modules, et puis maintenant oui, j’ai le temps pour mon projet . Je suis dispo.

C’est dans la tête aussi tout un cheminement qu’il fallait que je fasse, je ne m’en rendais pas compte et voilà, aujourd’hui, j’ai trouvé ce que je souhaitais faire, ça me plait, et c’est beaucoup plus simple.

 Quel est ton plus grand changement / ta plus grande prise de conscience ?

Déjà au niveau du temps. Ce n’est même pas « quand on veut ». Je pense que ça doit venir de l’intérieur. Quand on le sent, alors forcément tout se met en place.

J’ai démarré le coaching sans grandes attentes, je ne m’imaginais pas après une année, démarrer, businessCe que je voulais déjà c’était faire un travail sur moi et trouver quelque chose qui me convienne bien. Ça ça a été un grand changement que d’apprendre à mieux me connaitre, cibler mes priorités, savoir comment je fonctionne au niveau du travail, de l’organisation, je sais maintenant ce que je dois mettre en place pour que ça fonctionne bien.

Pas me mettre 36 objectifs. Je me disais ah je vais faire ça, ça, ça, ça, ça et quand on faisait le point à deux, on se disait « cette semaine, c’est ça, ça, ça ». J’essaie de ne pas en mettre trop parce que je sais que sinon je n’y arriverais pas et risque de me décourager aussi. Tandis qu’en clarifiant les choses, en faisant mes petites listes, j’arrive à m’organiser différemment, tout ça c’est une belle prise de conscience je crois.

Au quotidien aussi, se lever un quart d’heure/vingt minutes le matin pour déjà avoir un peu de temps pour soi et pas commencer en se disant ahhh le petit-dej, la lunch box… la journée en courant.

Subir la journée mais déjà choisir de démarrer… plein de petites choses…

Je ne sais pas s’il y a eu un grand changement mais c’est plein de petites choses qui misent ensemble font qu’il y a eu ce changement là.

Parfois, il y avait cette petite sonnette d’alarme, parfois je n’avançais plus, je me laissait envahir par d’autres choses et il y avait le petit rappel « allez on se voit dans une semaine ou on fait le point ». Et donc, il fallait que je m’y remette. Ça c’est chouette aussi, c’est ce qu’on n’a pas quand on est seule, c’est qu’on se dit « oui, ça je le ferai la semaine prochaine » mais le fait d’avoir des rendez-vous fixés, je n’avais pas envie que l’on ait une séance ensemble et que je n’ai rien à te partager. J’avais envie de te montrer que oui j’avais envie d’y aller et que c’était important. J’avais envie de travailler un minimum même si parfois il y avait moins que certaines fois.

De temps en temps, cette petite sonnette faisait du bien « Tu n’as pas fait grand choses cette fois ci, il est peut être temps d’y consacrer un peu de temps. Et du coup j’y passais une journée, et plus…

De hauts, des bas, mais même quand il y avait des bas, je savais qu’il y avait cette échéance qui me poussait à m’y remettre. On n’a pas toujours été toutes hyper motivée tout le temps, surtout quand c’est sur du long terme comme ça, je crois que c’est normal d’avoir des petits coups de mou de temps en temps ou alors des découragements aussi. On a été plusieurs à avoir choisi une voie puis finalement on a complètement changé et voilà quand on est un peu dans le creux, on n’a pas trop de motivation… L’effet groupe aussi ça aide vachement pour tout ça.

« Qu’est ce qu’on va devenir maintenant ?! » 🙂

 Qu’est ce que tu dirais à celles qui hésite pour travailler avec moi, à sauter le pas ?

Je leur dirais de foncer ! Moi aussi, je m’étais posé beaucoup de questions avant de me lancer. Quand j’ai vu ton message, j’avais vraiment envie mais je suis toujours très indécise et puis j’ai eu la chance d’avoir mon mari qui me disait derrière « mais oui, vas-y, fonce ! ». Donc poum ! voilà je me suis inscrite.

Si elles se posent des questions, c’est une chance de pouvoir être accompagnée comme ça, surtout à distance quand on est expatriée, ça n’est pas évident de trouver quelqu’un près de chez soi. Là ça convenait parfaitement, et cette richesse de groupe.

Je recommande évidement à toutes les autres mamans dans le même cas de sauter, de franchir le pas car moi, ça m’a apporté énormément et je suis ravie. Si c’était à refaire, je signerais tout de suite parce que franchement, quand je vois après une année ce que ça m’a apporté tant au niveau personnel que professionnel, je suis ravie de l’expérience.

N’hésite pas à partagez avec moi tes impressions, tes questionnements par mail à anne@femmesdeprojets.com, c’est avec plaisir que j’aimerai te lire.

Et si on se rencontrait ?

Séance découverte
(valeur 127€)

5 places par mois

Un rdv booster pour échanger ensemble sur tes objectifs, tes difficultés et voir comment je peux t’aider.

Pars à la découverte de la vie qui te ressemble.