Son expatriation à Aberdeen dans le nord de l’Ecosse a été une belle opportunité pour Carine pour trouver sa voie et lancer son cabinet de psychologue en ligne à destination des futurs parents.. Elle nous partage ici son témoignage suite au programme “Mamans Expat” de chez Femmes de Projets qu’elle a suivi.

Bonjour Carine. Je te remercie d’avoir accepté de témoigner de notre aventure ensemble, sur laquelle tu nous en diras un peu plus. Je te laisse te présenter.

Je m’appelle Carine donc. Je suis expatriée à Aberdeen dans le nord de l’Ecosse depuis 5 ans et demi. J’ai 2 enfants de 5 ans et 2 ans et demi. Ils sont tous les deux nés en Ecosse. Et, je suis psychologue.

D’accord. Quand nous avons commencé ensemble, dans quelle situation étais-tu et surtout comment a-t-on commencé ensemble ?

Je ne travaillais pas. En fait, je n’ai jamais travaillé depuis que j’ai quitté la France. Ayant eu mes deux enfants en Ecosse, mon but était de m’occuper d’eux. Je trouvais qu’il s’agissait d’une opportunité de pouvoir prendre le temps de m’occuper de mes enfants sans avoir la pression de recommencer à travailler. J’avais cette chance-là donc j’ai pris la décision de ne pas travailler et de m’occuper de mes enfants qui étaient tout petits.

Quand nous nous sommes rencontrées, que s’est-il passé ? Pourquoi nous sommes nous rencontrées finalement ?

Pourquoi nous sommes nous rencontrées ? Je ne sais pas. Je pense que j’ai vu une de tes annonces sur un groupe Facebook. J’ai pris contact avec toi, par curiosité. J’avais envie de voir un petit peu ce que tu pouvais proposer. Je crois que la 1ère fois que nous nous sommes rencontrées, mon second fils avait 4 mois. Je n’avais pas du tout l’idée de travailler tout de suite ou de me lancer avec toi. C’était vraiment pour découvrir.

Et donc, quelques mois plus tard, nous avons commencé.

Quelques mois plus tard, en fait, j’ai assisté à un webinaire que tu proposais. Je me revois en train de prendre plein de notes sur une feuille. Je trouvais ça intéressant, passionnant. Puisqu’il y avait un feeling avec toi, nous avions eu un entretien en face à face. Pour moi, c’est quelque chose d’important, qu’il y ait quelque chose qui se passe entre nous, ajouté au fait d’avoir pu t’écouter, d’avoir pu échanger avec toi et de voir que plein de choses me semblaient intéressantes. Je me suis jetée à l’eau mais il est vrai que mes enfants avaient un petit peu grandi. C’était une conjugaison de beaucoup de choses.

Tu as rejoint à ce moment-là le programme maman expat’.

Voilà.

Nous avons commencé ensemble là-dessus.

Exactement.

Qu’étais-tu venue chercher ? Que voulais-tu réussir à faire avec cet accompagnement ?

J’avais envie de trouver un projet professionnel qui me parle vraiment. C’était important pour moi d’aller chercher quelque chose qui me passionne, pas quelque chose qui me ferait dire « Ce matin, je n’ai pas envie ». J’ai envie de vouloir me lever le matin et me dire « Génial, je vais faire quelque chose qui me plait ».

 C’est ça que j’étais venue chercher avec toi, et en même temps, j’avais besoin de quelqu’un qui puisse me soutenir et qui puisse avoir un regard extérieur, m’aider à prendre du recul. J’avais une idée au départ mais ne savais pas si c’était la bonne. Puisque l’on fait un travail très en profondeur avec ce que tu proposes, je n’étais pas sûre de rester sur cette idée-là. J’avais besoin d’un regard extérieur qui puisse m’aider à prendre du recul. J’avais aussi besoin de quelqu’un qui m’apporte de nouveaux outils, des choses qui me sortent de ce que je connaissais.

Tu avais cette soif d’apprendre ?

Oui, j’aime bien apprendre. Je trouve que l’on peut apprendre tout au long de notre vie. C’est super intéressant. On peut découvrir et redécouvrir quelque chose. C’est passionnant.

Et pourquoi as-tu décidé de travailler avec moi finalement ? Tu l’as peut-être dit un petit peu avant.

C’est vraiment, je crois, parce qu’il y avait ce feeling et parce que j’ai senti que tu pouvais apporter quelque chose. Je savais que je pouvais compter sur toi. En tous cas, c’était l’impression que j’avais et, effectivement, cela s’est confirmé.

C’était le premier ressenti que tu avais eu quand nous avons échangé ensemble.

Oui.

Et quels résultats as-tu obtenus ?

J’ai monté mon projet professionnel. Ca y est. J’ai fait des choses qui me semblaient complètement hors de portée. J’ai construit mon site internet alors que je n’y connaissais absolument rien. J’ai tout fait de A à Z. Maintenant, j’en suis à pouvoir dire que, ça y est, je suis lancée en tant que professionnelle. J’étais déjà professionnelle avant puisque je travaillais comme psychologue en France mais je ne travaillais pas en libéral. Maintenant, je travaille en libéral. C’est quelque chose que je ne pensais pas forcément faire quand j’étais en France.

Tu es lancée, ça y est.

Oui, lancée.

Tu es pro.

Oui.

Et cela a été quoi pour toi – c’est peut-être difficile à résumer en une question – le plus grand changement ou la plus grande prise de conscience ? S’il y en avait une que tu devais retenir de toute cette aventure.

La prise de conscience, c’est que peu importe le temps qu’il me faut, si j’ai envie d’aller quelque part, j’y vais. Cela va peut-être me prendre du temps. Je vais peut-être devoir chercher un peu plus, me poser davantage mais, en tous cas, j’y vais. Et la découverte que j’ai faite, c’est la psychologie positive. Je ne connaissais pas. Peut-être que c’était présent au fond de moi, quelque chose qui me parlait vraiment mais, lorsque j’ai découvert ça avec toi, je me suis dit « Evidemment, pourquoi je n’ai pas découvert cela plus tôt ? ».

Eh oui, c’est ce que l’on dit quand on me découvre… Cela a été une grande prise de conscience et, de fait, un changement dans le quotidien finalement ?

Oui, parce qu’il y a une autre façon d’appréhender les choses, une autre façon de réagir. Je ne dis pas que l’on change radicalement après t’avoir rencontrée, ce n’est quand même pas ça mais il y a vraiment de grosses prises de conscience, par exemple, par rapport à la psychologie positive. Dans le quotidien, il y a des petites choses que l’on met en place et qui nous aident. Cela améliore les choses.

Cela travaille beaucoup sur l’état d’esprit et joue sur ton activité aussi, effectivement.

Tout à fait.

Et que dirais-tu à toutes celles qui, peut-être, me connaissent déjà ou me découvrent et hésitent à me contacter ou à travailler avec moi ?

Je dirai que, déjà, l’important est de faire une séance avec toi, en face à face, comme c’est possible de le faire. Cela permet de débloquer des situations. Faire ce premier pas, ce premier contact avec toi, cela permet de voir aussi si le feeling passe. Je reviens sur ça mais c’est quelque chose qui compte pour moi.

Et dans les deux sens. C’est important qu’il y ait ce feeling.

Voir si le feeling passe ou pas, cela permet de voir qu’il y a des choses que tu peux apporter. Cela permet de mettre le doigt sur certaines choses très importantes et tu vas pouvoir expliquer comment tu pourras nous aider. Après, si elles continuent à hésiter, il faut vraiment qu’elles comprennent que c’est un travail en profondeur. On ne survole pas du tout les choses. C’est vraiment quelque chose qui va très loin. Peu importe là où nous allons après, cela apporte quelque chose. Pour certaines, l’objectif n’est peut-être pas de monter leur projet professionnel de A à Z comme moi mais de découvrir vers quoi elles voudraient aller parce que ce n’est peut-être pas le moment de le monter jusqu’à la fin. Mais peu importe, dans tous les cas, on ressort avec quelque chose de très pertinent, de super intéressant.

Super ! Merci beaucoup Carine. J’ai pris plaisir, un grand plaisir même, à t’accompagner sur toute cette aventure. Nous avons travaillé avec maman expat’. Après, nous avons poursuivi ensemble pour aller encore plus loin. Nous nous connaissons bien, nous avons vécu une grande aventure ensemble. C’est aussi pour moi un cadeau de t’accompagner et de t’avoir vu grandir, prendre ta place, garder ton cap comme tu le dis et de te voir maintenant prête dans ton activité. On partagera le lien de ton projet juste en-dessous de la vidéo et, d’ailleurs, je crois que tu n’as même pas dit quel était ton projet, tu ne l’as pas expliqué concrètement.

Je ne l’ai pas expliqué parce que c’est un témoignage.

Quand même, pour celles qui nous écoutent.                       

J’ai choisi d’accompagner les parents ou futurs parents à vivre pleinement leur parentalité. Pour les femmes, qu’elles puissent vivre leur grossesse comme elles le désirent, qu’elles puissent se faire confiance, avoir l’accouchement dont elles ont envie et, s’il y a des peurs, qu’elles puissent travailler dessus. Ce qui est important pour moi, après qu’elles aient eu l’accouchement qui leur convient (je ne suis pas sage-femme, je ne vais pas les aider à accoucher… De toute façon, les femmes sont capables d’accoucher sans aide), certains moments sont un peu difficiles avec un bébé. On découvre une nouvelle structure familiale. On ne comprend pas toujours pourquoi le bébé réagit d’une façon ou d’une autre. Il y a parfois des pleurs qui peuvent nous inquiéter ou nous interroger et il est important aussi pour moi de pouvoir accompagner les parents, qu’ils puissent poser leurs questions et trouver un soutien durant ces premiers mois. Et même après, quand l’enfant grandit, on découvre de nouvelles choses et il est important de comprendre que l’enfant a besoin de soutien. Ce sont les parents qui peuvent apporter ce soutien à leur enfant mais les parents, souvent, sont un peu oubliés. Il faut se dire que les parents ont parfois aussi besoin de ce soutien pour continuer à accompagner leur enfant.

D’accord.

C’est quelque chose qui me tient à cœur, tout comme supprimer les mots « caprice de l’enfant ». Beaucoup d’études montrent que les enfants ne font pas de caprice. C’est juste que leur cerveau est immature et qu’ils ne peuvent pas gérer leurs émotions.

D’accord, OK.

Et puis, je rajouterai aussi que, au cours de la grossesse ou après la naissance de bébé, il y a parfois des situations qui peuvent nous poser problème parce qu’elles viennent faire appel à des souvenirs plus ou moins enfouis, plus ou moins refoulés. Parfois, on ne comprend pas pourquoi on réagit d’une certaine façon, pourquoi est-ce que l’on peut se sentir très angoissés à l’idée d’accoucher par exemple ou pourquoi est-ce que ces pleurs de bébé nous mettent dans un tel état. Là aussi, il y a besoin de soutien et, parfois, simplement besoin de comprendre ce qu’il se passe.

Donc, tu ouvres cet espace pour les futurs et jeunes parents.

Voilà.

On mettra le lien qui amènera à ton site pour en découvrir encore plus et, maintenant, on sait quand même mieux ce que tu fais dans ton projet.

Oui, c’est vrai.

Merci Carine. Belle aventure à toi. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’activité de Carine, n’hésitez pas à aller cliquer sur le lien de son site. A bientôt !

A bientôt !

Pour découvrir Carine et son activité, rdv sur :

sa page Facebook : Carine Flutte Psychologue

son site web : www.carineflutte.com

Et si on se rencontrait ?

Séance découverte
(valeur 127€)

5 places par mois

Un rdv booster pour échanger ensemble sur tes objectifs, tes difficultés et voir comment je peux t’aider.

Pars à la découverte de la vie qui te ressemble.

Conférence en ligne :

CREE L'ACTIVITE NOMADE QUI TE RESSEMBLE

Femme expatriée, maman expatriée

5 étapes clés pour réussir l'ativité nomade qui te ressemble

(tout en respectant ton équilibre)

Marketing par

You have Successfully Subscribed!